Return to site

Jouer pour coopérer !

Il y a peu, nous vous avons parlé de l’arrivée des ateliers Code ton héros à l’école, grâce au soutien de la CAF. Cette semaine, nous vous parlons d’un autre cycle d’ateliers que la CAF1 nous permet d’animer au sein de plusieurs écoles élémentaires parisiennes2 : le cycle « Jouer pour coopérer » !

Ce cycle permet d’appréhender le travail d’équipe et de développer la coopération au sein d’une classe, grâce à la création d’un jeu de plateau coopératif portant sur un thème du programme choisi par l'enseignant.e : les premiers soins, l’histoire de Paris, les sciences, la mythologie grecque, les contes… Le jeu fonctionne sur le modèle des petits chevaux, mais il ne s’agit pas tout à fait du même jeu : dans cette version revisitée, tout le monde perd… ou tout le monde gagne3 !

Classe de CE1 de l'école Küss (Paris 13ème)

Ensemble, nous abordons tout d’abord les notions de coopération dans la vie, dans le sport et à l’école. Puis les enfants testent des jeux de coopération4 pour comprendre de quoi il s’agit, et ils ont l’opportunité de se rendre compte que ce n’est pas toujours évident ! Alors nous évoquons les outils de la coopération : l’écoute, le dialogue, l’empathie, être capable d’exprimer ses propres émotions et d'être attentif aux émotions de l’autre. Toutes ces notions permettront de faciliter le travail d’équipe et la gestion des conflits au sein du groupe, de manière générale, et lors de la réalisation du jeu.

Une fois la graine de la coopération plantée, place à la création du jeu ! Celle-ci se fait en trois étapes : l’élaboration, la confection et le test du jeu :

  • Création du jeu : Lors de la création du jeu, les enfants vont voter pour choisir ensemble les personnages et l’ennemi du jeu. Cette étape permet de développer l’écoute de l’autre et d’apprendre à prendre des décisions ensemble, en acceptant le choix de la majorité.
  • Confection du jeu : Les enfants se répartissent les tâches par équipe. Chaque équipe confectionne une partie du jeu : le plateau, les dés et les pions. Ainsi, ils apprennent à se répartir les tâches en s’adaptant aux qualités et envies de chacun, mais aussi à faire des compromis et à inclure tout le monde.
  • Test du jeu : Une fois le jeu fini, les enfants vont tester le jeu ensemble, en équipe. Cette étape ultime permet de les faire coopérer dans le jeu, en jouant ensemble pour gagner contre l’ennemi, et en mettant en place des stratégies.

Exemple de jeu sur le thème "Porter secours", effectué par les enfants de l'école Doudeauville (Paris 18e)

Les enfants ne sont pas les seuls à apprendre la coopération, que l’on retrouve aussi entre l’animateur/trice et le/la maître.sse ! Ce cycle d’ateliers permet de mettre en place un véritable travail de collaboration au niveau de la gestion de classe, de la mise en place de l’atelier et du jeu.

1 Financement reçu par la CAF de Paris en 2018 en réponse à l’appel à projet « Enfance et jeunesse – Projets Éducatifs et Ludiques » et « Enfance et jeunesse – Innovation ».

2 Ecole Doudeauville (18ème), école Jaurès (19ème) et école Küss (13ème). Si vous êtes professeur des écoles ou directeur au sein d’une école élémentaire parisienne et que le projet vous intéresse, n’hésitez pas à nous joindre par mail à l’adresse suivante pour plus de renseignements : marie-sophie@deci-dela.org

3 L’OCCE (Office Central de la Coopération à l’Ecole) propose sa version du « Jeu des petits chevaux coopératifs » : https://www.occe75.net/ressources/documents/2/3141-Petits-chevaux-cooperatifs.pdf

4 Les jeux de plateau coopératifs sont de plus en plus nombreux sur le marché. Nous avons eu l'occasion de tester le jeu Hanabi pour les plus petits, et Mysterium dès 10 ans, que nous recommandons. Il est aussi tout à fait possible de mettre en place très simplement des jeux de coopération, comme le jeu « les hauts et les bas » que nous réalisons en atelier.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly