Return to site

Un témoignage d'une volontaire en Service Civique avec l'association deci-dela - Johanna Angot

L'association deci-dela accueille régulièrement des volontaires en Service Civique au sein de son équipe. Le Service Civique, crée en 2010, permet aux jeunes de 16 à 25 ans de réaliser une mission au service l'intérêt général. En recevant et en transmettant les valeurs républicaines, les volontaires vivent un engagement citoyen fort et participent au renforcement du lien social. Un des objectifs du Service Civique est également de faire vivre aux jeunes une expérience de mixité. A travers leurs missions, ils sont amenés à rencontrer différentes personnes et à évoluer dans des environnements nouveaux. Cet engagement est ainsi l'occasion pour eux de s’ouvrir sur le monde et de développer leurs compétences. Nous avons choisi de vous présenter les volontaires s'étant engagés à l'association deci-dela et de vous faire part de leurs expériences.

Aujourd'hui, nous avons interviewé Johanna Angot, engagée de mi-avril à mi-octobre 2018 à l'association, à propos de sa mission de Service Civique.

Pourquoi avez-vous décidé de faire un Service Civique ?

"Plusieurs de mes amis avaient soit fait un Service Civique, soit avaient le projet de faire un Service Civique, et tous m’avaient dit que c’était une expérience géniale car formatrice professionnellement et épanouissante humainement. Après ma Licence, je ne savais pas vers quel Master m'orienter. Donc je me suis dit que je pourrais faire un Service Civique, et j'ai trouvé l'annonce de deci-dela qui correspondait à l'un de mes intérêts (les nouvelles technologies) et me permettrait de travailler avec les enfants."

Quelles étaient vos missions dans l’association deci-dela ?

"Ma mission s'intitulait « appui au développement d’ateliers citoyens » dans les écoles élémentaires. Le gros de ma mission était bien sûr d’animer des ateliers de sensibilisation à la citoyenneté et au vivre-ensemble, et des ateliers de sensibilisation à la citoyenneté numérique par l’apprentissage de la programmation grâce à des logiciels ludiques. En amont, je devais aussi préparer les ateliers, notamment en adaptant le contenu des ateliers en fonction des groupes d’enfants et en préparant le matériel pédagogique (physique ou numérique) des séances. J’avais également certaines missions hors des temps d’animation : rechercher des outils et des activités pédagogiques pour de futurs cycles d’ateliers, aider à la communication de l’association, notamment sur les réseaux sociaux."

Qu’avez-vous appris sur le plan professionnel ?

"J’ai appris à faire preuve d’un minimum d’organisation : entre les ateliers et leur préparation, je me suis rendu compte que faire les choses à la dernière minute était une très mauvaise idée. J’ai également développé mon côté relationnel grâce aux enfants, notamment en ce qui concerne l'autorité (ce que je n’avais pas du tout), prendre des initiatives et savoir improviser dans une situation. J’ai développé ma créativité, que ce soit pour l’apprentissage de la programmation, la création de déroulés d’ateliers ou la communication. Et j'ai aussi appris à travailler en équipe."

Cette expérience vous a-t-elle apportée sur le plan humain ?

"Cette expérience m’a beaucoup apporté sur le plan humain par rapport aux enfants. On avait des groupes avec des contextes sociaux et des dynamiques de groupe différents selon les écoles. Donc il fallait s’adapter à chaque groupe, et à l’intérieur des groupes, à chaque enfant, afin qu’il/elle apprenne le plus possible tout en s’amusant. J’étais parfois surprise (dans le bon sens du terme) de ce qu’ils pouvaient avoir à dire sur certains sujets abordés : j’ai adoré le fait qu’ils pensent à des choses auxquelles les adultes (ou même les jeunes) ne penseraient même pas. Et particulièrement lors de l’apprentissage de la programmation, certains enfants comprenaient très vite les logiques de la programmation et faisaient des projets super cools qui mériteraient d’être partagés au grand public."

Retenez-vous quelque chose de particulier de votre expérience ?

"Mon Service Civique a confirmé ma vocation dans le numérique (je fais maintenant un Master en droit du numérique), et notamment mon envie d’apprendre aux autres les enjeux de la société numérique, notamment l’apprentissage de la programmation. Et j’ai développé, lors de mes interactions avec les enfants et lors de mes missions, des compétences valorisées au niveau professionnel, dans le cadre de ce volontariat. Donc le Service Civique a été une très bonne idée."

Un mot pour la fin ?

"Deci-dela est une association avec des projets novateurs, la coordinatrice est particulièrement investie dans la mission des volontaires, et les ateliers laissent une assez grande liberté pour mettre en place des projets intéressants avec les enfants."

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK